Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:59

29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 08:34

 

Tribune parue ce vendredi matin dans le Figaro et la quotidien allemand FAZ dans la perspective de la rencontre entre Angela Merkel et François Hollande ce soir à Strasbourg

 

 

Madame la Chancelière, Monsieur le Président,

 

Ce soir, vous vous retrouverez à Strasbourg. La construction européenne est profondément en crise, au risque de faire oublier aux citoyens européens les formidables progrès qu'elle a apportés et de remettre en cause son existence même. Comme à chacun des moments décisifs de l'histoire de l'Europe, c'est à l’Allemagne et à la France de se montrer à la hauteur des enjeux et de proposer les conditions d’un ressaisissement collectif.

 

Par les initiatives que vous choisirez de prendre, vous indiquerez comment vous entendez vous positionner face à l’alternative offerte à l’Europe en cette année 2015. D’un côté, l’attentisme qui a prévalu ces derniers mois, misant sur les baisses des prix du pétrole et de l’euro pour soutenir la reprise économique, alors qu’elles ne sont qu’une bouffée d’oxygène donnée à un patient dont le mal n’est pas traité. De l’autre, le sursaut qui pourrait permettre de repousser les nuages qui assombrissent le ciel européen en ce début d’année.

 

Car les quelques espoirs de reprise économique ne peuvent dissimuler la gravité des menaces qui sont devant nous : une situation russo-ukrainienne toujours très instable, une possible remise en cause des engagements européens de la Grèce, un risque grandissant de voir le Royaume-Uni tourner le dos à l’Union sous la pression des eurosceptiques, l’installation d’une situation de déflation et de croissance faible par défaut de réformes et d’investissements.

 

Mais nous avons les moyens d’y faire face si, comme ceux de vos prédécesseurs qui ont marqué l’histoire du continent, vous prenez ce soir, sur chacun de ces sujets, une initiative commune.

 

Tout au long de la crise ukrainienne, nous n’avons pas senti la force du tandem franco-allemand, pourtant seul à même de peser clairement et utilement sur les autorités russes. Il faut proposer à Vladimir Poutine, conjointement et avec le Président de l’Union européenne, une discussion sur le cadre et les éléments essentiels d’un accord qui garantirait à l’Ukraine et à tous ses voisins, la Russie comme les Etats frontaliers de l’Union, la sécurité et la stabilité nécessaires au développement économique. Rien ne serait plus contraire à nos intérêts qu’une Russie isolée et appauvrie, laissant se jouer la politique du pire au Moyen Orient.

 

La Grèce vient de connaitre une échéance électorale importante, dont il faut bien entendu respecter l'issue. Mais est-ce à dire qu’il faille renoncer à rappeler et clarifier les enjeux des semaines à venir ? Votre devoir est de dire avec fermeté qu’aucun Etat membre de l’Union européenne ne peut sans conséquence se soustraire à ses engagements. Il ne s’agit pas d’être compassionnel ou rigoriste, mais simplement de préserver les conditions de la confiance mutuelle. Il ne peut y avoir de solidarité sans responsabilité. Les autres Etats européens, par le soutien financier considérable qu'ils ont offert, ont déjà apporté une contribution importante au redressement de la Grèce. Leurs citoyens, qui sont aussi des contribuables, s'ils comprennent la nécessité d'équilibrer les efforts, ne comprendraient pas d'avoir à payer le prix de cet abandon.

 

Pour que la discussion avec la Grèce soit sérieuse et constructive, il faut que les Etats de l’Eurogroupe parlent d’une seule voix. A cet égard, l’invitation précipitée d’Alexis Tsipras à Paris n'est pas raisonnable. Plutôt que d'agir en solo, c'est une rencontre avec le couple franco-allemand qui devrait être proposée au Premier ministre grec. La France ne doit pas accréditer l’idée qu’elle s'écarterait de l’Allemagne, au profit d’une relance économique européenne incontrôlée, non exempte de relents démagogiques.

 

Au Royaume-Uni, semaine après semaine, progresse l’idée, si les conservateurs gagnent les prochaines élections, d’un référendum sur l’appartenance à l’Union et d’une renégociation aux contours flous, qui pourrait conduire à la rupture. Il est temps que la France et l’Allemagne réfléchissent à la réponse à apporter aux Britanniques sur les deux sujets qui les préoccupent : l’immigration et la subsidiarité. Engagez dès maintenant et ensemble le dialogue avec David Cameron afin de dissiper les ambiguïtés et de transformer une menace en opportunité de réformer une gouvernance européenne à bout de souffle !

 

Enfin, l’Europe attend toujours une initiative politique forte pour accompagner les efforts de la BCE qui, sous l’impulsion de Mario Draghi, mène une politique monétaire à la hauteur des enjeux mais qui ne peut à elle seule tenir lieu de stratégie économique pour le continent. Quelle belle occasion manquée pour l’Europe de faire parler ensemble les autorités politiques et monétaires de l’Union et de la zone euro !  L'assouplissement monétaire sans vraies réformes de structure ne marchera pas, comme le montre la situation japonaise. Au cœur de la zone euro, c’est au couple franco-allemand de montrer l’exemple en engageant un processus de convergence économique, fiscale et sociale. Fixons-nous des objectifs et un calendrier : se doter, en trois ans, d’un impôt sur les sociétés à taux unique, de taux de TVA et d’une fiscalité sur le capital harmonisés, et en cinq ans d’un marché du travail unique conçu autour d’un contrat de travail et d’un mécanisme d’indemnisation du chômage communs.

 

Madame la Chancelière, Monsieur le Président, sortez des chemins balisés. De Gaulle et Adenauer, Kohl et Mitterrand ne resteraient pas les bras croisés devant la lave antieuropéenne qui monte. Vendredi, à Strasbourg, vous avez le devoir d’avancer.

 

Par François FILLON

Partager cet article

Repost 0
Published by Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Contact

Profil

  • Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Ancien èlu.R.P.R.
1983:à PARIS-
2001: en LOIRE-ATLANTIQUE.
Ancien chargé de mission du Chêne.
Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France
Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004.
Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire
  • Ancien èlu.R.P.R. 1983:à PARIS- 2001: en LOIRE-ATLANTIQUE. Ancien chargé de mission du Chêne. Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004. Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire

Recherche

Liens