Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 18:31

à droite

Alain Juppé poursuit sa série de déplacements « à la rencontre des Français » dans l'optique de la présidentielle de 2017. Après une première étape en Saône-et-Loire, fin janvier, et d'autres à Toulouse ou à Orléans en février, le candidat déclaré à la primaire à droite a poursuivi son tour de France en se rendant mardi 3 mars à Bondy et Montreuil, en Seine-saint-Denis. Se rendre dans l'un des départements les plus pauvres de France n'est pas anodin pour le maire de Bordeaux. Son objectif : donner une image de proximité, alors que les sarkozystes le dépeignent comme un « bobo », qui ne connaitrait pas la réalité des quartiers difficiles.

A l'occasion de ce déplacement, il a apporté son soutien aux candidats aux élections départementales dans le « 93 », Claude Capillon, maire de Rosny-sous-Bois, et Manon Laporte, conseillère municipale de Montreuil. La droite espérant faire basculer ce bastion historique de la gauche depuis sa création en 1968.

Mais Alain Juppé poursuivait un autre objectif, davantage lié à la course élyséenne à droite : donner des gages à la base militante UMP. Après avoir appelé à voter PS au second tour de la législative partielle dans le Doubs, le maire de Bordeaux a tenu un discours musclé à l'encontre du pouvoir socialiste. Manière de casser son image centriste et de contrer les critiques selon lesquelles il serait déconnecté de son propre électorat.

>> Lire : Juppé à contre-courant de la base UMP

Manière aussi de ne pas laisser à son principal rival, Nicolas Sarkozy, le monopole de l'opposition à l'action de la gauche.

DISCOURS MUSCLÉ

Lors de son discours tenu devant près de 200 personnes, présente dans la salle des fêtes de la mairie de Montreuil, M. Juppé n'a pas appelé à un large « rassemblement de la droite et du centre », MoDem compris, comme il a l'habitude le faire à chaque réunion publique. Ce qui lui avait valu d'être sifflé le 7 février lors du conseil national de l'UMP. Il n'a pas non plus fait preuve d'indulgence vis-à-vis de l'actuel gouvernement, ni longuement mis en garde contre la progression du Front national dans les urnes, comme il le fait régulièrement. Ou marquer ses différences avec Nicolas Sarkozy, dont il n'a pas cité le nom une seule fois. Le maire de Bordeaux a passé l'essentiel de son discours à fustiger la politique de la majorité actuelle.

« La France ne va pas bien car elle n'est pas bien gouvernée », a-t-il déploré, en dénonçant « les changements de cap » de l'exécutif. Sur un ton posé, le maire de Bordeaux a dressé un véritable réquisitoire contre « l'effet désastreux » de l'action de la majorité, qu'il a accusé d'être dénuée de « vision et de courage ». « Le président et son premier ministre ne tranchent pas et ne décident pas », s'est-il désolé.

Alain Juppé a vivement critiqué la politique de François Hollande, en citant trois exemples « d'incurie » : la réforme territoriale, la politique pénale et l'échec du gouvernement en matière économique. « Il n'y a aucune vision, aucune ambition, dans le projet de réforme territoriale », a-t-il déclaré devant le sénateur Philippe Dallier, patron de l'UMP dans le département, qui mène la fronde contre cette réforme à la Haute assemblée.

FERMETÉ DANS LE DOMAINE RÉGALIEN  

L'ancien premier ministre de Jacques Chirac a surtout tenu un discours de fermeté dans le domaine régalien, en disant entendre un « appel à l'autorité qui semble faillir aujourd'hui face à la délinquance, à la récidive, à l'immigration illégale, au relâchement des disciplines élémentaires à l'école ». Promettant de reconstruire un « Etat régalien fort », il a jugé prioritaire d' « assurer la sécurité au quotidien » et de « restaurer une justice crédible », afin de « rompre avec le message laxiste développé aujourd'hui ».

Fustigeant « la désastreuse politique pénale mise en œuvre depuis 2012 par Mme Taubira », il a regretté que la gauche ait « rompu avec la politique de fermeté mise en œuvre depuis dix ans ». « Avions-nous vraiment besoin d'adresser un message de relâchement de notre vigilance aux délinquants potentiels ? », a-t-il demandé, en reprochant à la ministre de la justice d'avoir « arrêté la construction de places de prisons ». Pour lui, « cette décision a eu des effets catastrophiques », en aggravant la « surpopulation carcérale » et en obligeant à « condamner moins et à libérer davantage ». M. Juppé a aussi reproché à la gauche d'avoir « détricoté l'arsenal pénal mis en place par la droite pour lutter contre les délinquants et les multirécidivistes », en mettant fin aux peines planchers et à la révocation automatique du sursis en cas de nouvelle condamnation. Selon lui, « ces mesures renforcent le sentiment d'impunité et d'injustice ressenti par les Français qui respectent les lois de la République ».

Alain Juppé a accusé M. Hollande d'avoir « largement échoué » sur le front économique : « le pays est englué dans la croissance zéro, une dette publique galopante et le chômage de masse. » Il s'en est aussi pris à la politique fiscale menée depuis 2012, en regrettant que « le matraquage des impôts et des taxes » ait suscité une « véritable allergie fiscale ». Le maire de Bordeaux a même repris un des arguments préférés des partisans d'une « droite décomplexée », en accusant François Hollande de ne pas « lutter contre l'assistanat pour inciter les chômeurs à reprendre un emploi ». Un discours sans concession, qui marque une rupture avec le style modéré de ses précédentes prises de paroles.

 Alexandre Lemarié

Partager cet article

Repost 0
Published by Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Contact

Profil

  • Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Ancien èlu.R.P.R.
1983:à PARIS-
2001: en LOIRE-ATLANTIQUE.
Ancien chargé de mission du Chêne.
Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France
Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004.
Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire
  • Ancien èlu.R.P.R. 1983:à PARIS- 2001: en LOIRE-ATLANTIQUE. Ancien chargé de mission du Chêne. Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004. Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire

Recherche

Liens