Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 08:09

Mercredi 1 octobre 2014 3 01 /10 /Oct /2014 15:37


 





Avec
méthode et détermination, je poursuis mon travail pour bâtir un projet pour redresser notre pays.


Après
l’Europe, l’Education, la compétitivité, voici mes propositions pour combattre les déficits et la dette.


Depuis
la fin des années 70, la France dépense plus qu’elle ne gagne. Nous avons, collectivement, fait preuve de pusillanimité et d’imprévoyance, mais avec ce gouvernement nous sombrons dans les marais
de l’impuissance.


La
trajectoire actuelle de redressement de nos finances publiques n’est pas crédible. En l’espace de 6 mois, toutes les cibles concernant nos déficits ont été réévaluées à la hausse par rapport au
programme de stabilité d’avril dernier.


La
France est le seul parmi les grands pays européens à connaître une chute pareille de ses indicateurs budgétaires et économiques.   


L’amateurisme
le dispute à l’incohérence : après avoir augmenté comme jamais les impôts le gouvernement envisage maintenant de les baisser ; après avoir promis de réduire nos déficits à 3% en 2015 on
les laisse filer…


Les
21 milliards d’économies annoncées sont toujours aussi virtuel comme le montre les crédits du ministère de l’emploi dont on nous dit qu’ils vont baisser grâce à la baisse du chômage…


Le
gouvernement est à la fois laxiste et aveugle dans ses coûts de rabots qu’il concentre ces jours-ci sur notre politique familiale qui est l’une des forces de la France.


Notre
pays est mal géré : il débourse près de 90 milliards d’euros de plus que ses recettes, et le seuil des 2000 milliards de dettes est atteint.


Lorsque
j’ai dit, en 2008, que j’étais à la tête d’un «Etat en faillite», certains ont levé les yeux au ciel…


Et
pourtant, le sujet est devenu vital pour la nation : le poids de la dépense publique a des conséquences directes sur nos entreprises qui paient trop de charges, sur les ménages français qui
sont au bord de la révolte fiscale, sur nos enfants qui payeront nos dettes.


Ce
cercle infernal étouffe toutes nos chances de croissance et de réduction du chômage.  A terme, il condamne notre pacte social à une issue ultime : le
krach financier ou la privatisation de notre système de solidarité.


Certains
prétendent que nos déficits seront comblés le jour où la croissance sera de retour. Cela fait des décennies que nous vivons sur cette logique.


Ma
conviction, c’est que la croissance ne sera vraiment de retour que si nous dépensons moins et mieux.



Les dépenses publiques s’élèvent à 57,1% du PIB.



Il n’y a que la Finlande qui fasse mieux !



 Aucun de nos régimes de protection sociale n’est à l’équilibre. Le déficit total restera au moins égal à 4,5% du PIB d’ici à 2017.



Pour financer ces dépenses excessives, les prélèvements obligatoires ont atteint le niveau record de 45% du PIB et la dette s’approche inexorablement du cap des 100% du PIB.



Les résultats de cette fuite en avant sont-ils au moins au rendez-vous ?



Même pas !



Notre croissance est en berne, les déficits continuent d’augmenter, le revenu des français est inférieur de 6% à la moyenne des pays développés, la pauvreté s’enkyste, plusieurs missions de la
puissance publique - éducation, solidarité - sont de moins en moins bien assurées, comme le démontrent les comparaisons internationales et les rapports de la Cour des comptes.



Notre système part à vau-l’eau : nous devons nous ressaisir.



Aujourd’hui, je propose aux Français de remettre nos finances publiques en ordre, comme le ferait n’importe quelle famille responsable et comme d’autres Etats l’ont fait avec succès.  



Entre
1993 et 1998, le Canada a résorbé 5,6 points de déficit et la Suède 12,4 points. Ils ont engagé des actions sur l’ensemble des dépenses publiques et sociales, du gouvernement central aux
gouvernements locaux. C’est dans cette voie que nous devons nous engager.  



L’effort à fournir pour redresser nos finances et amorcer le désendettement est de l’ordre de 110 Md€ en 5 ans.



Ce serait l’effort le plus important jamais fourni par notre pays dans son histoire contemporaine. Mais il est à notre portée.



Quels sont nos objectifs : 


·         Renouer
avec la croissance et la création d’emplois en baissant les charges pour gagner rapidement en compétitivité.


·         Rendre
du pouvoir d’achat aux Français en diminuant progressivement les impôts sur les ménages et en particulier sur les classes moyennes.


·         Réduire
notre endettement pour nous donner les moyens d’investir pour l’avenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Contact

Profil

  • Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Ancien èlu.R.P.R.
1983:à PARIS-
2001: en LOIRE-ATLANTIQUE.
Ancien chargé de mission du Chêne.
Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France
Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004.
Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire
  • Ancien èlu.R.P.R. 1983:à PARIS- 2001: en LOIRE-ATLANTIQUE. Ancien chargé de mission du Chêne. Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004. Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire

Recherche

Liens