Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 13:49

"Europa" : l'appel décisif de Valéry Giscard d'Estaing

Tribune parue ce mardi dans le Figaro

 

 

Avec son livre Europa, Valéry Giscard d’Estaing lance un appel ardent à tous ceux qui croient en l’Europe mais aussi à ceux qui n’y croient plus. Le Président croit en  l’Europe et il a directement contribué à la façonner, mais il n’hésite pas à dénoncer ses blocages, ses impuissances coupables, son «délabrement». Il nous invite à réagir en transcendant une double imposture : celle qui prétend pouvoir sauver la France en sabordant l’Union européenne et celle qui croit pouvoir sauver l’Europe en n’y changeant rien.

Concrètement, Valéry Giscard d’Estaing cherche à retendre les fils d’une aventure politique aujourd’hui en rade. Et pour ce faire, il y a d’abord chez lui la conviction profonde que l’Europe n’est pas seulement un édifice institutionnel mais une culture partagée, une rencontre entre des nations millénaires et brillantes. Autant dire, une civilisation qu’il faut défendre face aux nouveaux empires.

Sa synthèse de notre passé européen est éclairante. Ceux qui pensent que l’Europe d’hier était plus facile à conduire que celle d’aujourd’hui se trompent. Le doute et les divisions furent aussi le lot des bâtisseurs de l'Europe. Ne pas idéaliser le passé est une façon de ne pas trembler devant les obstacles du présent. C’est se sentir les héritiers d’une histoire qui a toujours été traversée par des batailles intellectuelles et politiques. Bref, l’Europe sans vagues et sous pilotage automatique n’existe pas !

Quant au projet européen, j’ai reconnu dans le dessein de Valéry Giscard d’Estaing une volonté d’agir avec pragmatisme, sans chercher à réécrire les traités. Sa restructuration de l’Europe est fondée sur la zone euro, à partir d’un partenariat franco-allemand retrouvé. L’idée de relancer l’Europe à partir d’un noyau, qu’on l’appelle Europe à géométrie variable, corps central homogène ou avant-garde, n’est pas nouvelle. Elle existe en fait depuis que les élargissements successifs aux pays libérés du communisme, qui étaient évidemment nécessaires, ont dilué le projet européen — l’Europe s’est agrandie, elle ne s’est pas renforcée.

Dans son livre, Valéry Giscard d’Estaing redonne corps et sens à cette idée, précisément au moment où l’Europe a atteint une phase critique de son développement, et où éclate crûment l’absence d’un projet pour éviter à notre continent une longue phase de déflation à la Japonaise.

Loin de se contenter d’incantations, l’ancien  Président illustre la faisabilité concrète d’étapes successives vers une union monétaire, budgétaire et fiscale, finalement dotée d’un Trésor public et d’un mécanisme de solidarité financière, gouvernée par une Directoire doté d’une légitimité parlementaire. L’avenir de l’euro est à ce prix car on ne peut vivre éternellement avec une monnaie unique sans créer les conditions d’un pilotage économique commun. C’est la leçon qu’impose la crise des dettes qui nous assaille depuis 2010.

Aux yeux de Valéry Giscard d’Estaing, le couple franco-allemand est la clé de voute de ce futur ensemble européen. Dans sa préface, Helmut Kohl évoque la « belle entente » entre nos deux nations. J’ai, moi aussi, la conviction que tout dépend de cette entente. Mais soyons lucides : entre nos deux pays, il faut l’amitié mais aussi une puissance comparable, sinon ce couple est déséquilibré. C’est le cas actuellement. Avec sa croissance morne, son chômage en hausse et ses déficits non tenus, Paris peut-il entrainer Berlin ? Nous sommes, les uns et les autres, sur la défensive alors qu’il faudrait être à l’offensive pour remuscler l’Europe et lui assigner une stratégie.

Valéry Giscard d’Estaing en trace les pistes. Son ambition ne se fonde pas sur la seule persistance d’un rêve européen, mais bien sur une nécessité.

Une nécessité que nous avions perdue de vue, après soixante-dix ans de paix ininterrompue sur le continent européen. Mais les évolutions liées à la sécurité dans l’Est et le Sud de l’Union européenne sont venues nous rappeler que le premier objectif qui avait constitué un pilier de la construction européenne, l’instauration de la paix de l’Atlantique à l’Oural, n’a rien perdu de sa pertinence.

Tout comme aux lendemains de la guerre, la France est confrontée à un défi qui met en cause le devenir de chaque Français. Ce défi est à la fois une menace et une opportunité : il s’agit d’une nouvelle étape de la mondialisation qui change les équilibres du monde. La tentation du repli ou celle du renoncement, à raison des désillusions que nourrit l’Europe actuelle, pourraient prévaloir. Ce serait accepter la défaite et le déclin. La mobilisation à laquelle nous exhorte Valéry Giscard d’Estaing est au contraire synonyme d’espoir.

L’urgence est là. C’est -écrit-il- « la dernière chance de l’Europe».

Les scores élevés réalisés par les partis eurosceptiques constituent une alerte. Nul n’a le droit de la banaliser, nul ne peut continuer comme avant. La technocratie et la langue de bois ne soutiendront pas longtemps l’idéal européen. Celui-ci a besoin d’être entraîné par des projets, des idées, des symboles. Il a aussi besoin d’être protégé par la vérité : l’Europe n’est pas responsable de notre chômage de masse, de nos déficits, de nos conservatismes. Bruxelles est le bouc émissaire des nations qui n'ont pas le courage de se réformer et de se dépasser.

Dans chacune de ses pages, Europa nous rappelle que l’Union européenne reste la fille des nations qui la composent. Elle sera forte si notre pays est fort. En cela, l’ouvrage de Valéry Giscard d’Estaing nous commande d’abord de redresser la France pour relancer l’Europe. 

 Via François FILLON.

 

"Europa" : l'appel décisif de Valéry Giscard d'Estaing

Partager cet article

Repost 0
Published by Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Contact

Profil

  • Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Ancien èlu.R.P.R.
1983:à PARIS-
2001: en LOIRE-ATLANTIQUE.
Ancien chargé de mission du Chêne.
Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France
Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004.
Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire
  • Ancien èlu.R.P.R. 1983:à PARIS- 2001: en LOIRE-ATLANTIQUE. Ancien chargé de mission du Chêne. Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004. Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire

Recherche

Liens