Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 18:18

A chacun son Jihad !

Entre les monstruosités et les crimes ordinaires, si on peut les qualifier tels, il y a un point commun en amont : jamais, de la part de ceux qui ont connu leurs auteurs avant, la moindre réserve, le plus petit bémol. Non, les assassins étaient serviables, gentils, on n'aurait jamais pu soupçonner que le pire surviendrait.

En effet, le crime n'imprime pas sa marque sur les visages, comme pour nous prévenir. Il surgit à la suite de circonstances qui laissent croire à celui qui l'accomplit qu'il n'avait pas d'autre choix. Ou pour des motifs obscurs et délirants quand il aboutit aux massacres ignominieux de Daesh. Alors, on ne dissimule plus ce qu'on est, ce qu'on fait, parce qu'on n'en a pas honte et qu'on espère que cette transparence attirera, convaincra, mobilisera. Que le visage de la terreur sera contagieux.

On a beaucoup évoqué le parcours de Maxime Hauchard et Mickaël Dos Santos, qui ont rejoint Daesh en Syrie et participé, sûrement pour l'un d'eux, aux décapitations de prisonniers syriens et de l'otage américain (Le Figaro, Le Parisien).

Le message d'adieu de Dos Santos à sa mère au cours de l'été 2013 donne évidemment une idée de ce qui l'animait : "Convertis-toi à l'Islam, maman, et tu auras le bonheur".

On peut sans doute considérer que cette attitude est révélatrice de la démarche de quelques-uns de ces jeunes gens s'étant convertis à l'Islam, souvent par réaction - 80% des familles concernées seraient athées et de classe moyenne ou aisée (Le Monde) - et désireux de quitter une France trop tiède pour eux et sans espoir.

Il me semble que ce sentiment de vacance, cette attente, cette intuition d'avoir un vide à combler, une mission à accomplir, cette incertitude sur demain et sur son sort sont propres à un âge - 15, 16, 17 ans - où dans l'ambiguïté on cherche, on se cherche un chemin. Il n'est pas besoin, face à un tel désir équivoque avant qu'il identifie sa voie, de s'étonner, tant il y a là quelque chose de général.

La quête d'un destin à la hauteur de ses exigences relève de la banalité honorable de jeunes existences qui, la plupart du temps, découvriront l'ancrage qui leur convient et le futur qui les justifiera. A chacun son rêve de Jihad en quelque sorte !

Ce qui est singulier et déplorable à cause des horreurs collectives qui vont suivre tient au choix non pas évidemment de l'islam en tant que tel - j'ai besoin de continuer à croire que cette religion est fidèle à elle-même aussi dans la paix et la modération - mais de sa forme extrême, la plus sanglante, la plus radicale. Comme si cette foi n'avait été adoptée qu'à cause de son intégrisme sans limite et des débordements meurtriers qu'elle semble légitimer.

Quel besoin auraient donc eu Hauchard et Dos Santos, si l'islam seul avait conquis leur coeur et leur tête, de passer de cette croyance même cultivée dans l'exaltation à cette barbarie ? Si ce glissement a été si vite effectué qu'en réalité chez eux il est apparu instantané, c'est que la passion de tuer, l'obsession de faire mal, le sadisme, les tortures et la provocation suprême qu'est l'assassinat perpétré de sang-froid au nom d'une prétendue bonne cause, se sont trouvés au coeur de ces humains singuliers. Ils ont choisi ce type de destin parce qu'il impliquait la destruction des autres, les mécréants, les ennemis.

On peut soutenir qu'une conception perverse de l'islam a engendré ces monstruosités mais aussi que celles-ci ont pu d'autant mieux être accomplies que la religion semblait les cautionner. Est-ce elle la coupable, ou le jeune homme qui portait en lui des dispositions pour la radicalité à l'encontre d'un monde trop mou, trop tolérant, trop consensuel ?

J'incline à concevoir ces folies meurtrières comme la possibilité donnée à certains esprits malades de commettre le pire, avec l'assurance absurde que leur action est nécessaire puisque pour eux, de la mort surgit le Bien. C'est se donner le droit de tuer impunément en plaidant sa totale innocence, sa parfaite éthique, la pureté de son âme. Le comble de l'hypocrisie ou le paroxysme du délire.

C'est une différence essentielle avec les cours d'assises où les accusés, avouant ou non, ne mettent pas en question le caractère gravement transgressif des agissements qui leur sont imputés. Même un Maxime Brunerie ayant tenté d'assassiner Jacques Chirac pour mettre de l'éclat dans sa vie, de la célébrité dans sa grisaille et être promu au rang de personnage historique n'avait absolument rien de comparable avec ces fous d'eux-mêmes plus que d'un Mahomet dévoyé par leur aveuglement et leur bêtise. Son narcissisme était modeste et national quand leur démence est internationale, politique et sauvage.

Impossible de faire l'économie du point de départ qui est l'être lui-même, sa résolution et ses choix. C'est d'abord là que réside le mal et que le remède devrait s'appliquer

Partager cet article

Repost 0
Published by Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Contact

Profil

  • Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
  • Ancien èlu.R.P.R.
1983:à PARIS-
2001: en LOIRE-ATLANTIQUE.
Ancien chargé de mission du Chêne.
Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France
Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004.
Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire
  • Ancien èlu.R.P.R. 1983:à PARIS- 2001: en LOIRE-ATLANTIQUE. Ancien chargé de mission du Chêne. Ancien chargé de mission de l'union Gaulliste de France Actuellement: Président de l' UNC de Batz sur Mer. de puis 2004. Président du comité UNC pour les commémorations des cérémonies du 70 em anniversaire

Recherche

Liens